L’école maison au Québec, c’est légal

En cette période de rentrée, j’ai envie de vous parler du choix de faire l’école à la maison. J’ai surtout envie d’informer les gens sur le fait que l’école maison, c’est légal et permis au Québec. Je ne vais pas débattre des raisons qui incitent certaines famille à faire ce choix, mais plutôt tenter de briser le cercle de la méconnaissance qui entraîne parfois des jugements fondés sur des préjugés. Je souhaite aussi que les familles sachent que ce choix est possible et leur offrir des pistes de réflexion et des outils pour s’informer sans toutefois me poser en spécialiste de la question.

Un choix

Au Québec, des milliers de familles ont fait le choix de l’éducation à la maison. Les raisons qui poussent certaines familles vers ce choix sont variées et je vous en cite quelques-une à titre indicatif, mais non exhaustif.

Certaines famille ont choisi l’école à la maison:

-Pour mieux soutenir un enfant avec un ou des troubles d’apprentissages, un enfant autiste ou un enfant avec un haut potentiel.

-Pour vivre selon des valeurs familiales différentes, selon un mode de vie qui place la famille au cœur de ses choix, pour vivre une vie de famille en continu et non segmentée par des obligations de suivre un rythme imposé par la société.

-Pour pouvoir laisser l’enfant apprendre à son propre rythme sans pression de performance et de compétition.

-Pour pouvoir choisir des pédagogies différentes que celles offertes par le programme québécois (Montessori, Waldorf, Charlotte Mason, Apprentissages libres, Steiner, ou autres.)

-Pour voyager en famille.

Les familles optant pour l’éducation à domicile peuvent choisir leur pédagogie. Certaines vont choisir de suivre le programme québécois, d’autres des curriculums précis de d’autres pédagogies. D’autres s’appuieront sur des pédagogies alternatives telles que Montessori, Waldorf, Charlotte Mason, Steiner, ou autres. Pour d’autres, ce sera les apprentissages libres aussi connus sous le nom de unschooling où les enfants ne reçoivent aucun enseignement formel, mais apprennent librement selon leurs intérêts et capacités. Plusieurs optent pour un mélange éclectique de différentes méthodes afin de suivre les intérêts des enfants.  La seule obligation pour tous en ce sens est d’assurer aux apprenants un environnement d’apprentissage stimulant et varié et de pouvoir constater une progression dans les apprentissages.

Il est aussi utile de savoir qu’un enfant peut être retiré de l’école par ses parents même en cours d’année scolaire en se référant à la marche à suivre élaborée dans la loi.

D comme Halloween

Une loi

L’école maison est permis au Québec et, depuis juillet 2018, la loi 144 est venue encadrer et uniformiser cette pratique. Uniformiser, car auparavant, c’était les commissions scolaires qui étaient responsables des suivis et il y avait autant de manières de procéder que de personnes responsables des dossiers. Il va s’en dire que certaines familles ont vécu beaucoup de jugements et de pression alors que d’autres furent très bien accueillies dans leur choix. Cette uniformisation permet donc de garantir le même traitement pour tous et une liberté de choix dans le style d’éducation que les familles souhaitent pour leurs enfants.

La loi 144, oblige donc les parents à certaines procédures et suivis mais dans un cadre uniformisé et, ce, suite à plusieurs consultations auprès des différents partis concernés. Pour en savoir plus sur cette loi et son application voir cette page du site  du ministère de l’éducation. Cette loi favorise la liberté de choix et respecte le droit des parents de ne pas suivre le programme des écoles québécoises à la lettre. Ce fait est très important, car de nombreuses familles font le choix de l’éducation à domicile afin de respecter le rythme de l’enfant et la liberté éducative familiale.

Des associations

Il existe au Québec différentes associations pour les parents éducateurs. Vous trouverez la liste sur la page du ministère citée ci-haut. Je vais vous parler de celle dont je suis membre depuis quatre ans. Il s’agit de l’AQED – l’Association québécoise pour l’éducation à domicile. Cette association, qui ne fonctionne que grâce à des bénévoles dévoués, compte des milliers de membres qui s’entraident et se soutiennent via un groupe facebook très actif. Chaque année, un magnifique congrès se tient à Montréal avec des conférences variées et très utiles pour tous ceux qui s’intéressent à l’éducation à domicile mais aussi à l’éducation au sens large. Cette année, le congrès aura lieu le 22 et 23 septembre et  il est ouvert à tous et à toutes. J’y participe chaque année et je suis fière de faire partie de cette communauté passionnée d’éducation et d’innovation en matière de choix éducatifs et de mode de vie différents.

Notre présidente, Noemi Berlus, a participé à toutes les étapes de l’élaboration de la loi et elle a su représenter nos droits avec brio. Elle et sa fabuleuse équipe de bénévoles ont crée un superbe guide de suggestions pour aider les familles à remplir les obligations légales de la nouvelle loi. Celui du gouvernement ne sera prêt qu’en juillet 2019!

Livres sur le sujet

Il existe de nombreux livres sur le sujet et je vous en glisse ici quelques-uns qui ont inspiré mes réflexions et suscité ma passion sur le sujet!

et_je_ne_suis_jamais_alle_a_l_ecole.2015-01-22-18-11-45

1360162607Gray-Free_To_rev1.jpg

image

242-c1-rvb_br

Ecole-a-la-maison-au-Quebec

40057884_1884703294922781_3416416217886359552_n

Cette liste de livres est loin d’être exhaustives, il en existe plusieurs autres dont je serais heureuse de vous partager les titres sur demande. Il existe de nombreuses documentations sur le sujet, de blogues et de groupes de soutien.

L’éducation à la maison c’est un monde fascinant pour qui s’y intéresse de près. Un monde où sont invités l’ouverture d’esprit, les innovations en matières d’éducation, les découvertes des neurosciences sur les manières d’apprendre, la passion d’un monde alternatif ouvert aux différentes options qui ont tous à cœur le respect du rythme de l’enfant, de son autonomie, de son droit à la différence et à sa liberté de vivre une enfance heureuse.

L’éducation à la maison, un droit et un choix de vie qui convient à un nombre grandissant de familles au Québec.

Je termine avec une parole de Chistian Rousseau, le nouveau responsable de l’éducation à domicile pour le ministère lors de sa présentation sur son nouveau rôle et les procédure de la loi:  « On fait l’école de la même façon qu’on le faisait au 20e siècle. Certains parents sont à l’avant garde. Ça peut avoir des impacts sur le système québécois. On veut travailler dans cette optique. »  Une citation qui a elle seule, démontre la force et le pouvoir de changer les choses de ceux qui innovent et croit en un système meilleur. Une citation qui appuie et valorise un choix souvent jugé avec trop de méfiance et de préjugés. Un choix et un droit pour lequel chaque famille peut opter.

En espérant que cet article aura contribué à vous faire mieux connaitre un choix de vie et d’éducation que choisissent de plus en plus de familles québécoises.

Bonne rentrée et non-rentrée à tous les enfants!