Scène de crime

Les enfants arrivent dans la cour. Une scène de crime se dévoile. Cette fois-ci, un chien-toutou est mort. Il a une bosse sur le front. Autour de lui, on peut observer des armes potentielles: un fusil (à l’eau), un bâton, une brique. Il y a aussi des croquettes pour chien, une laisse et une feuille de papier rouge. Une scène qui stimule les enfants, qui les ravit. C’est la deuxième scène de crime que je leur propose. Cette fois, j’ai décidé d’intégrer des indices comme dans une chasse au trésor. Des indices qui les feront réviser des notions vues la semaine d’avant.

La première scène de crime, je l’avais proposée aux enfants le printemps dernier. J’avais trouvé l’idée dans un livre que j’aime beaucoup « L’école à ciel ouvert« .

Inspirée par cette proposition d’activité, j’avais imaginé une scène de crime mais sans qu’il n’y ait de réponses prévues sur le coupable, l’arme du crime ou le mobile. La scène? Toute simple: une forme d’oiseau en corde avec du colorant rouge sur la tête pour simuler du sang, des pas colorés dans la neige, des graines d’oiseaux, des plumes.

Les enfants, laissés librement dans leurs interprétations, m’avaient fortement impressionnés. Mon fils était allé chercher son livre de police et des outils de travail d’enquêteur: gants, pinces, pinceaux, sacs pour pièces à conviction, loupe. Ils avaient passé au moins une heure sur l’enquête et à la fin, ils avaient rédigé leur rapport et ce qu’ils avaient imaginé qu’il s’était produit. Un succès!

Cette année, ils en ont redemandé. Et c’est alors que j’ai eu l’idée de les guider un peu dans la solution du crime tout en en profitant pour les faire réviser quelques notions abordées la semaine d’avant. Je vous raconte donc l’exemple de ma scène de crime au cas où cela vous inspirerait pour en créer une de votre crue! En passant, les indices peuvent être seulement ludiques, ou pour réviser des règles de vie de la maison, ou n’importe quelle idée qui vous passe par la tête. Cette activité peut se faire en famille même si vous ne faites pas l’école à la maison. Vous pouvez même commencer la première scène de crime comme j’ai fait, sans aucun indice ou directive.

Scène de crime no. 1 : Le chien assommé (titre final donné par les enfants)

Tout de suite, ma fille a décidé qu’il fallait entourer la scène d’un ruban. Et mon fils est allé préparer, sans nous le dire, des numéros pour numéroter les indices et pièces à conviction, comme il l’a vu dans son livre de police.

Ils ont ensuite noté les indices sur le tableau que je leur avait préparé. Et on fait leur hypothèse:

Le coupable avait tiré avec le fusil, mais avait raté le chien donc il l’avait tué avec le bâton.

Pour les premiers indices, je suis parti de notre activité d’art où l’on avait expérimenté (encore) les mélanges des trois couleurs primaires.

Alors, j’ai utilisé des feuilles colorées pour les indices.

Les trois premiers indices, je les ai cachés prêt de la scène de crime, avec les trois couleurs primaires.

Rouge: Si tu mélanges ma couleur avec du jaune je deviens…

Jaune: Si tu mélanges ma couleur avec du bleu je deviens…

Bleu: Si tu mélanges ma couleur avec du rouge je deviens…

Et pour rendre le tout un peu plus compliqué, les indices des feuilles de couleurs primaires étaient écrit en minuscule, les obligeant à les lire avec une loupe!

Ils devaient donc ensuite trouver une feuille de la couleur-résultat plus loin dans la cour.

Chaque feuille de couleur secondaire aidait à trouver une réponse quant au coupable, l’arme et le moment du crime.

Le moment du crime:

La feuille verte disait: Je suis le satellite naturel de la Terre. Écris ta réponse sur la table de pique-nique (mot de vocabulaire).

Réponse:

Donc le moment du crime: La nuit!

L’arme du crime:

La réponse, on l’avait expérimentée dans notre « cours » d’histoire.

L’arme du crime: Une brique

Le coupable:

La réponse donnait le nombre de pas pour trouver des traces dans la terre qui menait à une devinette dont la solution donnait le nom du coupable. Donc, dix pas plus loin, une autre feuille orange.

Le coupable: LUTIN LOSANGE

Les traces de pas continuaient ensuite pour faire découvrir l’enveloppe contenant la réponse du mobile du crime.

Dans l’enveloppe, se trouvaient les mots de vocabulaire de la semaine passée. Les enfants étaient invités à choisir parmi les mots pour imaginer le mobile.

Alors, voici le rapport final de notre enquête qui fût encore une fois, un succès, ÉNORME! Je vais même essayé d’en faire une par semaine une enquête comme ça!

Je vous dépose ici ma feuille modèle, si jamais vous voulez l’imprimer pour vos enquêtes.

Si vous avez des questions, ou tentez l’expérience n’hésitez pas à partager ici!